Jean-Paul II sort son best-seller

17 ottobre 1994 :: Le Monde, di F. Dt.

Jean-Paul II est insub mersible dans son do d’ubiquité. Doit-il renoncer à courir la planète quand ses forces le trahissent? A 74 ans, il inonde cette semaine (jeudi) les librairies du monde entier d’un livre de 335 pages écrit entre deux séjours à la polyclinique Gemelli. L’Ouvrage, censé faire un malheur au hit-parade éditorial, bénéficie d’un premier tirage biblique: un million et demi d’exemplaires aux Etats-Unis 500 000 en Italie, 160 00 en France… Ruée nanti d’un argument publicitaire de choc: c’est la première fois en effet qu’un pape régnant publie un livre en tant qu’auteur. Anseuil du troisième millenaire, par la voix chaledreuse de Jean-Paul ll, c’est Dieu lui-même qui inlassablement nous déclare son amour; proclame en toute humilité la quatrième page de couverture de l’édition française

Au début de sa genèse fut le “vaticanologue”, Vittorio Messori. Dans la préface, ce dernier raconte comment en octobre 1993 la chaine RAI Uno le contacta pour interviewer le pape en mondiovision. Messori soumit une vingtaine de questions à jeanPaul il, mais le projet ne put aboutir. Quelques mois plus tard, le journaliste apprit par le service de presse du saint-siège, que le

Mavait pris la plume répondre par écrit au questionnaire. Fin avril 1994, Messori reçut le manuscrit rédigé en polonais, avec une proposition de titre, retenu par l’éditeur: Franchir le seuil de l’espérance.

Hormis quelques modifications purement formelles, Vittorio Messori a rajouté une quinzaine de questions. Il a cependant écarté les sujets politiques et sociologiques, limitant singulièrement le propos. Le vaticanologue italien affirme en effet avoir jugé .vain de traiter des questions morales (de l’utilisation du préservatif à l’euthanasie) sans avoir commencé par affronter, directement, la question de la crédulité de la foi aujourd’hui». Messori parle beaucoup moins du versant financier de l’affaire. L’éditeur italien Leonardo Mondadori (dont Berlusconi est un des plus gros actionnaires) a acheté les droits à Jean Paul il, via l’administration du patrimoine du saint-siège, avant de mettre le livre aux enchères. Morton Janklow, l’un des plus importants agents littéraires américains aurait négocié les droits en langue anglaise pour quelque 8 millions de dollars (42 millions de francs), au nom de la maison d’édition Knopf.

En France, Plon a décroché la timbale en bénéficiant d’un coup de pouce du Vatican, déjà en cheville avec l’éditeur français et la maison Mame, pour la publication du nouveau catéchisme. L’impression de l’ouvrage a eu lieu précipitamment il y a huit jours, Rome ayant décidé d’avancer sa publication prévue en novembre. Jusqu’à la dernière minute, le saint-siège a retouché la version française fondée sur la traduction de l’ancienne assis an el nitsyne, Irina Alberti.

© Le Monde